Les niveaux de maturité pour le télétravail pour une organisation ?

Les niveaux de maturité pour le télétravail pour une organisation ?

Le télétravail est maintenant devenu la forme de travail la plus courante pour les travailleurs du savoir. Cette impulsion agressive pour un changement rapide a bien sûr été donnée par le COVID-19 et les recommandations rapides de nos autorités. On ne peut que spéculer sur la pérennité du changement, mais déjà la moitié des plus d’un million de télétravailleurs finlandais déclarent vouloir continuer à travailler à distance même après la fin de la crise. Personnellement, je pense que le changement sera permanent, et la même chose est soutenue par Jennifer Christie, responsable des ressources humaines de Twitter.

Nous ne serons probablement plus jamais les mêmes. Les personnes qui hésitaient à travailler à distance se retrouveront désormais en plein essor grâce au télétravail. Les superviseurs qui pensaient que les équipes ne pouvaient pas être dirigées à distance changent de perspective. Je ne pense pas que nous reviendrons à l’ancien.

Malchanceux – niveau de maturité du télétravail

Le niveau des malheureux comprend ceux qui, malheureusement, ne peuvent pas travailler à distance, même dans des circonstances exceptionnelles. Dans une telle situation sont  les pompiers et les employés de café dans la chaîne de production ou dans des postes logistiques.
De nombreuses organisations ont un groupe important de personnes dont le travail ne peut pas être externalisé vers un bureau distant et un groupe important de personnes dont le travail peut être externalisé vers un bureau à domicile sans souci. Dans de telles situations, le changement est malheureusement ralenti par l’idée de l’âge de pierre, qui cherche à égaliser les pratiques de travail et les avantages similaires pour tous, quelle que soit la fonction professionnelle.
Si vous pensez être à ce niveau, remettez-vous en question : pourrions-nous quand même travailler à distance ?

Ralentisseurs – télétravail niveau de maturité

Au niveau 2, le télétravail serait tout à fait possible en termes de description de poste, mais l’attitude dominante est contre le télétravail : « le télétravail est une moins bonne option et le travail a plus de succès quand vous venez au bureau »
Vous pouvez faire du télétravail, mais ce n’est pas très fluide. Habituellement, les urgences sont gérées à distance, mais souvent les choses sont transférées jusqu’à ce que vous reveniez au bureau. Vous pouvez organiser des réunions à distance individuelles ou accorder une exception pour la participation à distance.
La technologie et les paramètres de sécurité que vous utilisez permettent le travail à distance, mais le rendent difficile.
Cela conduit à la peur et au besoin d’un sentiment de contrôle.
La situation est difficile, mais les attitudes freinent les mesures visant à améliorer la situation.
Le télétravail doit avoir été approuvé au préalable. Il se peut également qu’il vous soit totalement interdit de faire des heures supplémentaires à distance.
Ces entreprises n’étaient pas prêtes pour le changement et maintenant cela se produit rapidement. Certaines entreprises persévèrent encore dans leurs bureaux, tout en négligeant leur responsabilité morale de ralentir la progression du Corona grâce au télétravail.
Les attitudes, les pratiques et le manque ou la mauvaise utilisation de la technologie font du télétravail une option moins efficace à ce stade, ce qui renforce encore les attitudes négatives à l’égard du télétravail. « Ça ne résout rien, même si on le met ! »

Adaptateurs – télétravail niveau de maturité

Le niveau 3 s’adapte pour utiliser le télétravail comme forme de travail, mais le potentiel de la méthode de travail n’est pas encore perçu. Essayer de recréer les conditions de bureau avec leurs caractéristiques même lorsque les gens sont au bureau à domicile.
Technologiquement, le télétravail est déjà plus fluide. Les outils vont bien, tels que Zoom / Hangouts / Slack / Teams, etc. Et vous pouvez accéder aux fichiers de n’importe où.
L’attitude envers le télétravail est neutre voire positive.
Voici à quoi peut ressembler la recréation virtuelle des conditions de bureau :
De grandes réunions à distance se tiennent, qui sont pour la plupart et pour la plupart une perte de temps. Il n’a pas été pensé que nous pourrions promouvoir le travail d’une manière différente maintenant.
Les gens sont tenus d’être en ligne tout au long de la journée de travail et peuvent même être testés ou observés.
Les horaires de travail sont les mêmes pour tous et sont respectés.
Interrompons beaucoup le travail de chacun et exigeons une réponse rapide à notre interruption.
Ne pas faire confiance à un employé. Certaines organisations utilisent même des logiciels espions à la manière des « moniteurs grands frère ».
La présence, l’activité et la contribution des employés sont valorisées. Les résultats ne sont pas si importants.
Essayer de créer une interaction « décontractée » de la même manière qu’au bureau : le tout pour un café ou un déjeuner partagé tous les jours. Veuillez être sur votre ordinateur de 9h à 17h, même pendant vos pauses.
L’ergonomie du travail évolue et on parle de meilleures pratiques d’autogestion.
Souvent, à ce stade, le télétravail peut encore être une pire option que le travail en face-à-face, même s’il y a des éclairs de lumière occasionnels !
Beaucoup se sont retrouvés, eux et leurs organisations, à ce stade de la crise du COVID-19. N’arrêtez pas de développer là-dessus. Vous en profiterez énormément. Les RH sont le service le plus impacté par le télétravail, consultez notre site web  logiciel gestion rh  pour plus d’informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.